Le fin du fin

18 mars 2008

Je suis un travelo

Comme le souligne si bien Clothilde, de son vrai nom Robinet (qui coule ahah) la vie est dure.

Bordeaux c'est chouette, il fait chaud, il fait beau, l'architecture est puante de prestige et il y a beaucoup de noirs, d'arabes et d'Asiat'. J'ai ma place ici, au fond du tram, ou rue Ste Catherine au döner kebab qui fait les patates fourrées. Ici, on peut acheter 4 chocolatines pour 1,50 euros, ou 6 pour 2 euros ce qui est extraordinaire, sauf pour mon cul. Mais sans les potes, le chocolat est amer, le beurre pas assez gras, bref le festin est fade et ça finit sur msn à dire de la merde.

On a vécu le meilleur paraît il, et je n'ai pas de mal à y croire, mais qui sait... La vie nous réserve peut être une surprise... Et s'il faut attendre que le tampax il faut en mettre plus, par inadvertance parcontre. La rhétorique, c'est notre dada. On aime aussi profiter de la vie à différents niveaux: avec le ventre, la tête, et autres... Oui je me lâcherai plus tard Robinet, pas dans mon premier article bordel!

On est des nanas normales, extrêmement différentes, des nanas sans aucun rapport en apparence... Mais si vous saviez... On est la meilleure bande du monde, on a une vraie Marianne, la bisounours, l'immigrée... On a le tireur de l'ouest, le capitaine de soirée... On passe nos vies soit en voiture, soit chez les uns et les autres, soit au lit, ou encore dans les bars. On ne pense pas vraiment à l'avenir concret, à tort sûrement, mais c'est si bon de se laisser vivre...
L'ananas, c'est bien meilleur frais. Pour ma part je suis polyvalente. Je côtoie la crème de la crème et les vieux. J'aime bien les deux, mais je préfère nous, les jeunes, pleins d'espoir et de connerie. Nous on fait pas nos comptes le dimanche aprem, on va pas au resto pour rigoler, nous on est un peu roots en fait... Quand je dis roots, je pense à libres, pas aux gogols qui pullulent à l'arbre magique avec leurs vieilles gueules et leurs roulées. Non je pense aux tranquilles, aux sereins, à ceux qui chassent le bien être.

Un jour, j'avoue, j'aurai des gosses, par voie utérine. Oui oui, j'adopterai ou pas, j'en sais rien encore. Je me ferai gicler du sperme dans le vagin, un spermatozoïde fécondera mon ovule et ça fera un fœtus. Je donnerai à l'enfant un nom que je lui aurai choisi avec amour, et lui ferai téter mon sein... Ou pas. Blédina, c'est cool aussi. On ira au parc, on lira des livres à la con, j'engraisserai le petit être, ignorant les risques liés à l'obésité précoce.
Le père me dira que je suis laxiste, voire niaise, et il aura probablement raison. Je deviendrai moi même obèse et me consolerai auprès de Clo et Aurore en parlant du passé. On vivra dans le passé. Non! On sera des oufs, on fera des barbecues, des voyages, des vernissages, des trucs de grands he he! On ne s'épilera plus le minou intégralement, on aura les cheveux courts... J'espère pas...

Pour conclure, j'ai hyper faim donc je vais aller faire des courses, et sur ceux bonne lecture à tous, et bonne soirée à ceux qui se font chier chez eux.

Maylis


PS: J'ai terminé de mettre des couleurs là où tu n'en avais pas sélectionné Robinet et j'ai mis du vert en fond au lieu du rose pour que tu te sentes comme chez toi? Je t'aime

Posté par les petasses à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 mars 2008

Je suis un homme

On rigole mais parfois, en regardant mon pubis, on peut se demander. Non je plaisante voyons, je suis une fille sexy (ou pas ?) charmante et toujours "clean" (comme disent les mecs). Putain, clean, ça veut dire propre bordel ! Il ne faut pas oublier ça et propre je le suis. Ce n'est pas parcequ'on a deux poils qui repoussent qu'on est pas propre. Ridicule. Ah les expressions que peut employer la race supérieure me feront toujours bien rire ! Nen serieusement, je suis casiment toujours bien épilée.

On est tous pareils, on va tous au même endroit (enfin certains dans des grandes écoles et d'autres en CAP coiffure (aïe!) mais bon), on fait tous les mêmes choses, on a les mêmes expressions, on vit la même vie etc... Oui on a 18/19/20 ans et on a plus rien à vivre, ça y est, on a fait trop de choses au lycée, on a tout vu. Je crois qu'on évoluera plus ou alors seulement un petit peu. Notre vie, on l'a déjà en tête. Les jours se suivent et se ressemblent (n'empêche j'adore cette chanson) ce qui veut dire qu'il en sera toujours ainsi. C'est nul de devoir se lever le matin, de devoir faire des choses. On a des passions qui sont probablement de simples illusions éphémères. On ne peut pas y croire. C'était mieux dans les années folles. J'aurai aimé être une princesse.

Tous ceux qui se retrouvent dans le paragraphe précédent peuvent arrêter de lire mes articles, ou carrément partir d'ici.

Mais putain arrêter de nous casser les couilles avec vos histoires de merde, à nous dire que vous avez perdu espoir. "Je crois plus en rien, je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue. Je crois que cette vie n'est pas pour moi, je m'ennuie". Bah bouge ton cul si tu t'ennuies connasse, y'a tellement de trucs à faire dont moi-même qui écrit ça, je n'ai pas idée. Tu veux vivre dans les années 20 ou comme une princesse ? Bah ouè moi aussi mais c'est pas le cas alors ouvre les yeux comme tout le monde, une princesse t'en es pas une alors nous fais plus chier.

Les gens mentent, c'est ca qui est cool et c'est grâce à cela que notre vie fonctionne. Moi je suis honnête en général (tout dépend de la définition du mot honnête ha ha) mais je me fous bien de la gueule du monde. Cocus. "La vie est dure" c'est la phrase clé. On s'en tape de tout ça. Je ne pleure pas. C'est frustrant. J'ai besoin de romantisme je crois, simplement qu'on s'interesse à moi. Je suis égocentrique, j'en ai conscience et j'adore ça ! Pourtant la niaiserie me fait rire, je me moque parce que je n'en vois pas l'interet (jalouse !!). Frustration.

N'importe quoi, Nantes est une ville de débiles mentaux c'est assez abérant. Que faire quand on a ni TV, ni ordinateur, qu'on est seul dans 9m² de 16h jusqu'à l'heure de se coucher ? Franchement au début on lie, on a des activités intellectuelles, au bout d'un moment, on devient débile tellement on pète un cable. Comme une énorme envie d'être obèse. Ca serait tellement maginifique. J'aurai moins d'amis, moins de mecs et moins de regards mais ça serait le pied.

Non non, je me suis inventé un monde dans la tête et il est loin d'être mieux, plus beau ou plus class que celui là. Loin, loin de là. C'est juste le mien, il est cool, je vous emmènerai un jour (nen je déconne, j'aime personne assez pour l'emmener là bas). Un jour je serai une fille bien.

En attendant moyenne vie à tous (tout le monde dit "longue" ou "courte", j'essayais simplement de me dissocier). Je suis une marginale. Apprenez à repérer l'ironie ca évite les malentendus.

Clothilde

Posté par les petasses à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]